MARSEILLE- KALLISTE'

voyage des plantes - voyages des hommes

Située dans la banlieue nord de Marseille, la cité Kallisté a été construite dans les années 60 sur une colline.  Depuis les bâtiments le plus hauts on voit la mer proche, même si la plupart des habitants y vont rarement. Dans cette cité se croisent les parcours migratoires du pourtour méditerranéen et une grande communauté comorienne. Nous avons ainsi choisie de travailler sur le thème du voyage : les voyages des plantes, les migrations des espèces en rapport à ce lieu de migration d’hommes, des personnes qui ont beaucoup voyagé; pour redécouvrir et se rafraîchir la mémoire que c’est grâce aux voyages, aux échanges entre les hommes dans le temps qu’on a une si grande richesse et diversité de plantes, d’aliments et dont dans l’assiette.

Depuis deux ans un jardin partagé à poussé au cœur de la Cité ; les habitants ils y sont approchés doucement. Nous avons rencontré les premiers curieux, ils semaient des pommes de terre, des tomates, des courgettes et de la menthe mais aussi des plantes qu’ils ont amené avec eux de leurs pays d’origine et qu’ils essaye d’adapter à un climat et une terrain différent. On leur a posé des questions: Quelle plante te rappelle ton pays? Pourquoi ? Elle existe ici ou quelle plante te rappelle-la? On a écouté et enregistré leurs histoires, imaginé la Canne à sucre aux Comores, suivi le Tamarin en Afrique, la Guernina d’Algérie, la Bertacala et les Broccoli sauvages…des nouvelles plantes qu’on connaissez pas.On retourne dans le jardin après quelque mois avec les enfants de l’école d’à coté, le printemps a commencé, quelque plante a poussé.

On explore le jardin, on reconnaît les plantes et ensemble on cherche leurs histoires; on découvre l’incroyable voyage des graines qu’ils sont maintenant là dans le potager…plantes pionnières et combattive, plantes fugitives qui ont traversé le monde entier et plantes qui ont été transformé.. Ensemble on découvre l’histoire de la Tomate, originaire de l’Amérique centrale, que les amérindiens ne mangeait pas et qui appelait « la plante du diable » à cause du fort odeur des son feuillage et de son gout amère ..la même tomate qui pousse dans le potager de Kallisté avec la quelle partout dans le monde on fait des sauces, des salades, qu’on mélange souvent avec le basilique, lui aussi étranger venu d’Inde avec Alessandro Magno , la salade qui arrive du Kurdistan, le mais qui viens d’Amérique.. Sur une grande carte du monde  accroché à un arbre les enfants tracent étonnés le trajet qui ont fait les plantes, de là ou elles sont nées jusqu’à cet potager…et entretemps ils nous indiquent leurs pays d’origines: Maghreb, Comores, Kurdistan, Espagne, Vietnam.. eux et leurs familles ont  fait aussi des longs voyages jusqu’à Marseille.

Les plantes ont toujours voyagé et continuent à le faire comme les êtres humains, et ramènent avec elles des recettes, des savoirs, des odeurs et des histoires d’autres cultures, dans d’autres langues ; les graines transportées par le vent, dans le coffre d’un explorateur, dans les tresses d’une femme qui traverse la mer et qui va semer une autre vie.